Un appel à protéger les libertés religieuses dans le monde

Signez la lettre !

Venez dire à l’ONU de retirer son rapport sur les libertés religieuses

 

Un nouveau rapport de l’ONU publié par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté ou la croyance religieuses appelle les gouvernements à légaliser l’avortement, à éliminer les clauses de conscience pour les professionnels de la santé, à imposer une éducation sexuelle globale controversée à partir de l’âge de 10 ans et à légaliser les droits controversés des LGBT, ironiquement, le tout sous la bannière de la promotion de la liberté religieuse. Aider à mettre fin à ce rapport qui devrait être présenté à l’Assemblée générale des Nations Unies à l’automne 2020.

PROTÉGER LES LIBERTÉS RELIGIEUSES

Lettre pour chefs religieux

En tant que chefs religieux représentant diverses religions à travers le monde, nous sommes profondément préoccupés par un récent rapport publié par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction (A/HRC/43/48). De façon alarmante, ce rapport, sous la bannière de la protection de la liberté religieuse, déforme et sape la liberté religieuse.

 

Nous appelons donc tous les États membres de l’ONU à rejeter ce rapport ultra vires et les entités de l’ONU compétentes à faire ce rapport à partir des dossiers de l’ONU.

 

Les Rapporteurs spéciaux des Nations Unies doivent être des protecteurs impartiaux des véritables droits de l’homme, mais ce Rapporteur a cherché à faire avancer une notion déformée des droits de l’homme au détriment des droits à la liberté religieuse universellement reconnus.

 

Distorsions des droits de l’homme

 

Tout au long du rapport, le Rapporteur oppose les notions de droits sexuels largement contestés et controversés aux droits bien établis en liberté religieuse que le Rapporteur spécial est tenu de protéger. Voici quelques exemples des atteintes flagrantes au rapport contre les libertés religieuses :

 

  • Les fausses revendications des enfants contre les « programmes d’éducation sexuelle » controversés et les solides protections juridiques pour les enfants à naître violent les prétendus « droits sexuels et reproductifs », un terme qui a été rejeté par de nombreux États membres de l’ONU dans les documents de consensus de l’ONU.

 

  • Déclare que les clauses conscientes (qui protègent le droit d’une personne de ne pas être obligée d’agir d’une manière qui viole ses croyances religieuses) constituent de la « discrimination ».

 

  • Stigmatise et qualifie de « thérapie de conversion », toute thérapie qui affirme et soutient « les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres ou non conformes au genre » dans leur objectif d’aligner leur perception interne de leur sexe avec leur sexe biologique donné par Dieu ou leur comportement sexuel pour être compatible avec leurs propres valeurs et croyances personnelles. Le rapport appelle en fait une telle thérapie, qui a aidé d’innombrables personnes, « la violence sexiste ».

 

  • Cite de multiples déclarations ultra vires et non contraignantes du comité des droits de l’homme pour appuyer les tentatives erronées de redéfinir le terme « sexe » dans les traités contraignants afin d’englober des protections spéciales pour l’orientation sexuelle et les identités de genre, y compris le « statut trans ».
Lire la suite

Recommandations Ultra Vires

 

Le rapport du Rapporteur spécial se termine par les recommandations ultra vires suivantes :

 

  • Engage les États à garantir le droit des adolescents à « une éducation sexuelle complète, conforme aux normes internationales ». Les « normes internationales » citées sont les « Principes directeurs internationaux sur l’éducation sexuelle », qui n’ont jamais été examinée ou approuvée par les États membres de l’ONU. En fait, c’est l’un des documents les plus controversés qui n’ait jamais été poussés par les agences des Nations Unies car il promeut pour les enfants, entre autres choses, l’avortement, l’idéologie transgenre, le plaisir sexuel, et un droit pour les enfants de s’engager dans des relations sexuelles hétérosexuelles ou homosexuelles.

 

  • Demande aux États d’assurer un « droit » et l’accès aux « services de santé génésique » pour les « adolescents et les personnes LGBT ». Étant donné que l’ONU définit les « adolescents » dès l’âge de 10 ans, cela viole le droit des parents de guider les soins de santé de leurs enfants. Il peut également être interprété comme un droit à l’avortement et/ou de l’hormonothérapie inter-sexe ou des chirurgies nocives et expérimentales, pour les enfants, sans le consentement des parents.

 

  • Demande aux États d’abroger les lois qui sont promulguées en ce qui concerne la considération religieuse qui 1) criminalise l’adultère; 2) réglemente les comportements fondés sur « l’orientation sexuelle réelle ou perçue ou l’identité ou l’expression de genre » ; ou qui 3) criminalise l’avortement dans tous les cas.

 

  • Demande aux États de mettre fin à toute pratique religieuse qui viole les notions controversées du Rapporteur selon lesquelles les « droits » LGBT+ même s’il n’existe pas de traité contraignant de l’ONU qui mentionne même les droits des LGBT+, mais de multiples traités contraignants protègent les droits à la liberté religieuse.[1] Pour clarifier, nous soutenons la protection de tous les droits de l’homme universellement reconnus pour toutes les personnes s’identifiant comme LGBT, mais ne soutienons pas les droits spéciaux pour les comportements sexuels.

 

  • Appelle les États à « retirer leurs réserves aux traités fondamentaux sur les droits de l’homme » s’ils sont fondés sur des « considérations religieuses ».

 

C’est pourquoi nous demandons à tous les États membres de l’ONU de rejeter les violations flagrantes de la liberté religieuse qui est endémique dans ce rapport et demandons que l’actuel Rapporteur spécial sur la liberté ou la croyance religieuse soit remplacé par un expert neutre et impartial des droits à la liberté religieuse qui exercera leurs fonctions dans le cadre de leur mandat et travaillera activement à protéger les libertés religieuses plutôt que d’utiliser leur position pour les déformer et les saper.

 

Respectueusement,

 

[Votre signature insérée ici]

___________________

[1]

Convention relative aux droits de l’enfant (CIDE), Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille (ICMW), Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (CEDR).

 

 

 

 

 

Cette pétition sera remise à :

 

Tous les Ambassadeurs des Nations Unies représentant 193 États Membres (à New York et Genève)

 

António Guterres,
Secrétaire général des Nations Unies

 

Michelle Bachelet,
Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

 

Elisabeth Tichy-Fisslberger,
Présidente du Conseil des droits de l’homme

 

Tijjani Muhammad-Bande,
Président de l’Assemblée générale

 

Cyril Ramaphosa,
Président de l’Union africaine

 

Yousef Bin Ahmad Bin Abdul Rahman Al-Othaimeen,
Secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique

 

INSCRIVEZ-VOUS À LA LETTRE

RESSOURCES

Dossiers et articles politiques

 

Les dossiers et articles politiques suivants révèlent une longue histoire de dépassement des mandats de la part d’entités de l’ONU.

 

Présentations à la Commission de réforme des organes conventionnels de l’ONU

Soumissions à la Commission des droits inaliénables

  • Family Watch International